17007_graham_-10-1-

Vive les vacances de la Toussaint ! Pour un jour, un weekend, une semaine, changez d’air et venez donc visiter Paris à l’Automne !


1. Voir du lourd côté expos

Octobre à Paris, c’est l’ouverture de toutes les grandes expos de l’hiver. Tenez, rien qu’en art contemporain, et outre la FIAC qu’on adore, on pourra s’amuser devant les mots rigolos de Ben au Musée Maillol, s’interroger devant les œuvres surréalistes de Magritte au Centre Pompidou et s’émerveiller devant Bernard Buffet au Musée d’Art Moderne de Paris. Alléchant.

FIAC du 20 au 23 octobre 2016 au Grand Palais et hors les murs.

Ben, Tout est Art, du 14 septembre 2016 au 15 janvier 2017 au Musée Maillol.

Magritte, la Trahison des Images, du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017 au Centre Pompidou.

Rétrospective Bernard Buffet du 14 octobre 2016 au 26 février 2017 au Musée d’Art Moderne de Paris.

Les chambres qu’il vous faut :

  • A deux pas du Musée d’Art Moderne, la Suite XVIIIe est géniale pour changer d’époque en deux minutes.
  • Tout près du Grand Palais, choisissez la Chambre Calmly avec sa grande verrière arty.
  • Non loin de la Fiac, la Chambre Toits de Paris vous offre un confort 5* et une terrasse privée.

2. S’offrir du rouge sans se tromper

Cette rentrée, visez rouge ! Si vous l’avez loupé, on est là pour vous le rappeler : les créateurs ont mis du feu dans leurs collections d’automne. Blouses brûlantes, robes affolantes, chaussures louboutinisantes… Pour trouver « la » bonne pièce, allez les yeux fermés chez Ba&Sh où les robes sont toujours aussi bien coupées et se déclinent du rouge tomate au brique intense. Plus sport et très confort, le gros – tendance énorme – pull rouge de la marque Sœur vous donnera une allure folle même les jours gris. Et en attendant l’ouverture de nos chambres à Londres (chuuuut !), glissez vos petits petons de Cendrillon dans n’importe quelle paire rouge de chez LK Bennett.

Les chambres qu’il vous faut :


3. Gouter les menus d’automne des chefs parisiens

La figue sous toutes les coutures, le potiron qui colore tout, les raisins en touches dans l’assiette, les parfums du coing, la douceur des pommes rôties… l’automne éclate dans les menus des meilleurs chefs de Paris. Bistrots comme restos gastronomiques rivalisent de créativité et de talent pour émerveiller nos papilles. Akrame Benallal, Christian Constant et Jean-François Piège se surpassent. Gourmets, gourmands, en avant !

Les chambres qu’il vous faut :


4. Retomber en enfance au milieu des feuilles mortes

A l’automne, on ressent un petit frisson d’enfance en se laissant éblouir par les mille tons or et roux qui habillent les parcs parisiens ! Les feuilles s’amassent dans les allées du Luxembourg, elles craquent sous les pieds des enfants au Bois de Boulogne, miroitent et s’amoncellent au Parc Monceau… Emotion et nostalgie… C’est terriblement romantique !

Les chambres qu’il vous faut :

  • A deux pas du Luxembourg, la Chambre Le Diable S’habille est glamour et féminine à souhait.
  • Pour rejoindre le Bois de Boulogne à pieds, c’est la Chambre Baldaquin qu’il vous faut.
  • Et non loin des arbres majestueux du Parc Monceau, c’est la Suite Feeling Good qui fera le job avec ses coloris dorés d’automne.

5. Perdre tout repère avec une nuit classée X

Prolongez votre été olé olé, jouez-lui le coup de la chambre d’hôtel ! Avouez que jouer au french lover sexy le temps d’un week-end secret et envoûtant, ça peut pimenter la rentrée. Alors, refusez la routine et bookez une chambre d’hôtel dans la capitale de l’amour. Option inavouable, la Love Box, une simili pochette surprise incluant sex toys et huile de massage, à commander à la réception.

Les chambres qu’il vous faut :

  • A Montparnasse, la Suite One by One est une succession de salons mystérieux et sensuels.
  • Près du Luxembourg, c’est la Suite Cabaret qui va vous affoler avec son miroir au plafond et sa barre sexy de pole dance.
  • Et pour une folie à Passy, offrez-vous la Suite Ohh Mr Grey, avec baignoires doubles et miroirs l’air de rien face au lit.

©Adagp, Paris 2016

© Rene Magritte, Decalcomanie, 1966, © Phototheque R. Magritte / Banque d’Images, Adagp, Paris, 2016

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *